Erreur
  • Cannot retrive forecast data in module "mod_sp_weather".

Paix en Casamance : Landing Savané salue la posture du gouvernement

Dakar, 2 mai (APS) - Le secrétaire général du Parti africain pour la démocratie et le socialisme (And Jëf/PADS), Landing Savané, a encouragé les autorités sénégalaises à maintenir la "détente" dans la voie du dialogue en vue de pacifier la Casamance (Sud).
‘’Je constate que le gouvernement (du Premier ministre Abdoul Mbaye) est dans une dynamique de

détente et je m’en félicite, car tout conflit se termine par un dialogue’’, a-t-il déclaré, dans un entretien paru, jeudi, dans le quotidien Le Soleil.
Membre de l’actuelle majorité au Sénégal, M. Savané a déploré la persistance de cette crise qui sévit dans les régions de Ziguinchor, Sédhiou et Kolda, estimant que ‘’depuis 30 ans, ce conflit empoisonne l’atmosphère dans ce pays’’.
Le leader d’And-Jëf/PADS a fait part de ses états de services en faveur de la pacification de la Casamance, dont il est originaire. ‘’Même si je n’ai jamais été en première ligne pour la résolution du conflit, je n’ai jamais été absent de ce dossier’’, a-t-il indiqué.
Ancien ministre et ancien parlementaire, Landing Savané a révélé qu’il rencontrait "régulièrement" l’abbé Augustin Diamacoune Senghor, leader du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC, rébellion indépendantiste), jusqu’à son décès le 14 janvier 2007.
‘’Je reste en contact avec des chefs de la rébellion, mais ce n’est pas le bruit qui est la forme de négociation la plus efficace’’, a signalé M. Savané. Il a appelé à cet effet qu'il faut ‘’créer les conditions de discussion pour la paix avec les différentes branches du MFDC’’.
Le secrétaire général d’And-Jëf/PADS a relevé, pour le saluer, ‘’une orientation positive du gouvernement’’ dans la voie de la négociation, estimant que ‘’ce ne sera pas facile’’. ‘’Ce n’est pas parce qu’on entame des discussions qu’elles vont aboutir’’, a-t-il soutenu.
Ce leader d’un des principaux partis de la gauche sénégalaise a rappelé que ‘’toutes les grandes négociations à propos de ce type de crises n’ont pas abouti du jour au lendemain, d’autant que le MFDC n’est pas aujourd’hui un mouvement centralisé’’.
M. Savané a souligné en effet la désunion au sein du mouvement indépendantiste. ‘’Il est actuellement divisé avec plusieurs chefs qui ont chacun une part de conviction, mais à mon humble avis, a-t-il confié, le gouvernement est dans la bonne voie.’’
Le MFDC, entré en rébellion depuis 1982, lutte pour l'indépendance de la région naturelle de Casamance, située entre la Gambie et la Guinée-Bissau. Le conflit a fait de nombreuses victimes civiles ainsi que dans les rangs des rebelles et du côté de l'armée nationale.

Informations supplémentaires