Erreur
  • Cannot retrive forecast data in module "mod_sp_weather".

Ziguinchor : le projet CARIMA évalue ses forces et ses faiblesses

Ziguinchor, 13 mai (APS) - L’ONG ENDA Diapol (Prospectives dialogues politiques) a procédé lundi à Ziguinchor (Sud), à l’évaluation du projet portant création d’un Centre de ressources visant à accompagner la réinsertion des migrants sénégalais de retour (CARIMA), lancé au mois d’août dernier.
‘’Nous avons eu à décaisser des fonds nécessaires que nous devons allouer aux bénéficiaires.

Le CMS (Crédit mutuel sénégalais) va, dans les prochaines heures voire dans les prochaines semaines, mettre à disposition des femmes bénéficiaires les fonds qui leur permettront de développer leurs activités au niveau de la région’’, a dit Mamadou Abdoulaye Mbengue, responsable de l’animation du projet CARIMA.
M. Mbengue s’exprimait lors d’un atelier sur le suivi du projet pilote de mise en place de des CARIMA.
''Le projet CARIMA, d’un coût global de 60 millions de francs, a ciblé une centaine de personnes dont 40 à Dakar, 30 à Louga (centre) et 30 à Ziguinchor (Sud)'', avait-il dit, en mai dernier, lors d’une séance d’explication et de sensibilisation sur le projet à l'intention des migrants de retour dans la région de Ziguinchor.
Ce projet pilote d’une durée de douze mois cible les ‘’femmes saisonnières’’ de la région de Ziguinchor, qui ont bénéficié de la ‘’migration circulaire’’, en raison de leur ‘’vulnérabilité’’, a expliqué M. Mbengue
Evoquant les faiblesses du projet CARIMA, le responsable Pôle migration d’Enda-Diapol a déploré la lenteur de la mise à disposition des fonds de crédits aux migrants par leur partenaire financier.
‘’C’est (cette lenteur) que nous allons essayer de corriger avec nos partenaires financiers du Crédit mutuel sénégalais (CMS). Nous avons eu la confirmation que tout a été fait et il ne reste qu’à mettre à disposition des migrants les fonds pour leur permettre de développer leurs activités’’, a-t-il relevé.
Concernant les forces du projet CARIMA, M. Mbengue a relevé la sensibilisation sur la problématique de réinsertion des migrants et le dispositif de partenariat entre Enda Diapol et le Conseil régional de Ziguinchor.
Joseph Mendy, le point focal du projet CARIMA à Ziguinchor, a fait savoir que les femmes migrantes regroupées autour de la Fédération des associations des Sénégalais de retour (FASER), ont été identifiées et formées en gestion de management des projets.
Pour sa part, Abibatou Ndiaye, vice-présidente de la FASER, s'est rendue en Espagne en mars 2008, dans le cadre du programme de ‘’migration circulaire’’ entre l'Espagne et le Sénégal.
Après un séjour de trois mois en Espagne où elle s’activait dans la récolte de fraises, elle compte, grâce au projet CARIMA, ouvrir un salon de coiffure à Bignona, sa ville natale.
Cira Diémé, une autre bénéficiaire du projet, veut une fois le financement obtenu, rentabiliser ses revenus avec son commerce d’huile de palme, de poissons séchés et autres produits agro-forestiers de la Casamance.
Originaire de Mlomp, dans le département de Bignona, elle a aussi migré en Espagne en 2008, dans le cadre de ce même projet.

Informations supplémentaires