Erreur
  • Cannot retrive forecast data in module "mod_sp_weather".

Un livre-album rend hommage à Emile Badiane, ‘’le paysan, l’éducateur, l’homme d’Etat’’

Dakar, 31 mai (APS) – Un livre-album dirigé par Makhily Gassama, intitulé ‘’Emile Badiane : le paysan, l’éducateur, l’homme d’Etat'', rend hommage à l’ancien ministre de la Culture de Léopold Sédar Senghor, quarante an après son décès.
Cet ouvrage, paru aux éditions Abis International

depuis le mois d’avril, ‘’est dédié aux écoliers du Sénégal’’, selon la note de présentation transmise à l’Agence de presse sénégalaise.
On y retrouve les témoignages de l’historien Mamadou Mané, de Moustapha Niasse, président de l’Assemblée nationale, du Pr Mamoussé Diagne, de l’ancien ministre Magatte Lô, de l’architecte Pierre Goudiaby Atépa, de Diouma Dieng Diakhaté, de feu Assane Seck (ancien ministre), de l’ancien directeur général du Soleil, Bara Diouf, de Léopold Sédar Senghor, d'Amadou Cissé Dia (ancien président de l’Assemblée nationale), etc.
‘’Ce livre-album, consacré à la vie et à l’œuvre d’une des personnalités les plus fascinantes de la scène politique durant la première décennie d’indépendance de notre pays est un petit livre par le volume (…) mais un grand livre par la qualité des auteurs, par la spontanéité, la sincérité et la densité de leurs témoignages’’, écrit Makhily Gassama, dans un avant-propos.
Emile Badiane était ''franchement hors du commun, tantôt flamboyant devant les caprices de la vie, tantôt austère devant le devoir à accomplir, tantôt égayant une atmosphère qui couvre le drame, toujours épousant merveilleusement les contours des situations pour mieux les dompter (….)’’, décrit-il.
Pour Gassama, la personnalité de l’ancien ministre de la Culture du président Senghor ‘’a séduit toute la classe politique de son époque, majorité et opposition confondues, comme elle a forcé le respect de l’élite intellectuelle’’ d’alors.
‘’Haletante, courageuse, lucide, débordante d’amour pour son pays, d’humanisme pour son prochain, la vie de ce diola du Fogny (Bignona) ne connaissait pas de répit : elle semblait harceler le temps comme si elle sentait venir la mort à 57 ans’’, écrit Makhily Gassama.
Emile Badiane était ‘’l’incontestable leader charismatique de la Casamance naturelle qui s’étale de Diogué à Gouloumbou’’, souligne M. Gassama, non sans relever aussi qu’il ‘’y a juste 30 ans qu’une des régions périphériques du Sénégal, +sa+ région (la Casamance) (…) souffre, suffoque, s’exténue dangereusement, vit (…) au ralenti dans un monde dont la caractéristique essentielle est le mouvement, la vitesse’’.

De l’avis de Makhily Gassama, ‘’dans ce monde piaffant d’impatience, la Casamance d’Emile Badiane se singularise, lui était qui était +l’homme pressé+ par excellence !’’. Cette Casamance, dit-il, ‘’stagne non sans risques énormes pour nous-mêmes et pour nos enfants’’.
A la lecture de cet ouvrage, souligne M. Gassama, ‘’une question s’impose naturellement au lecteur : comment le canton d’un homme qui a pesé à sa manière (…) sur l’histoire de l’indépendance du Sénégal, a pu basculer, 10 ans après sa mort, dans la peur, dans l’angoisse, dans le sang ?’’.
Il ajoute que ‘’la même lecture attentive des textes contenus dans ce livre-album imposera au lecteur la seule réponse qui vaille’’.
‘’Si Emile Badiane était encore parmi nous ou si nous comptions aujourd’hui en Casamance une ou deux personnalités politiques de son envergure, cette crise, qui s’éternise et pèse lourd et négativement sur l’avenir de nos enfants, eût vécu dés son balbutiement ou n’eût jamais existé’’, écrit Makhily Gassama.
La Casamance, région méridionale du Sénégal vit, depuis 1982, une crise indépendantiste sous la houlette du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC).
Responsable socialiste, Emile Badiane, instituteur de formation, fut secrétaire d’Etat à l’Information, à la Radiodiffusion, à la Presse (1959-1960), ministre de l’Enseignement technique et de la Formation des cadres (1960-1970), ministre de la Coopération (1970-1972). Il est décédé le 22 décembre 1972 à la Clinique Brévié de l’Hôpital Principal de Dakar.

Informations supplémentaires